La performance dépend du bonheur.

La performance dépend du bonheur.

About this project

La performance dépend du bonheur… Sur ce point, je peux être catégorique !

Alors pourquoi tout n’est pas encore fait pour rendre heureux les salariés ? Selon l’étude internationale Steelcase, 31% des Français n’apprécient pas leur espace de travail. Faites-vous partie de ces 31% ? Oui ou non, dans tous les cas, il faut donc les améliorer cette statistique.

performance / bonheur

Par exemple, pour assurer l’épanouissement de ses salariés, Google a mis en place une organisation du temps de travail particulière. En effet, le Groupe libère ses employés une journée par semaine pour réaliser des projets personnels. Imaginez, vous travaillez 4 jours, votre patron vous offre le 5ème. Cette mise en place engendre forcément une reconnaissance des équipes et leur donne envie de mieux travailler sur 4 jours. Je serai même prêt à parier que les salariés de Google sont plus performants sur 4 jours que des salariés lambda sur 5 jours dans des sociétés aux organisations « classiques » !

performance / bonheurNous retrouvons le même phénomène dans le conseil. Pourquoi les agences de conseil en retail, telle que square 90, seraient-elles plus créatives que les équipes marketing, retail et merchandising des Groupe de distribution ? Une partie de la réponse se situe dans l’approche du travail.
Chez square 90, il n’existe pas de contraintes : ni horaires, ni de présence, etc. En France, il y a encore trop de collaborateurs qui « font des heures » pour « faire des heures » !! C’est terrible.

Ce que nous recherchons réside dans l’accomplissement du collaborateur. S’il est heureux, il travaillera mieux. La confiance est donc primordiale

En effet, qu’est-ce qui interdit de trouver une idée en se baladant que ce soit en ville, en magasin ou en forêt ? (D’ailleurs, j’écris cet article dans un bar, au bord d’un lac). 

Notre réflexion est simple : pour comprendre un consommateur, il faut vivre les mêmes situations !

E. Vivier – co-fondateur du Hub Institute abonde dans ce sens : « Le meilleur savoir-faire est avant tout la compréhension de sa cible et de son environnement plutôt que la maîtrise technique et marketing du produit proposé ». Aujourd’hui, même si ça s’améliore, les sièges sociaux de nos clients sont encore trop réglementés. De nouveaux espaces apparaissent : lounge, détente, créatif, etc.

Comme par exemple les bureaux « Rabo Unplugged » de la Rabobank aux Pays-Bas où les postes de travail fixes ont été supprimés. En effet, les salariés peuvent choisir chaque jour leur ambiance de travail pour être le plus performant. Il y a des salles munis de profonds canapés, des tables rondes ou rectangulaires de tailles diverses et variées, une quiet room où sont prohibés les téléphones portables et l’usage de la parole… De plus, à chaque étage, de la nourriture est également disponible gratuitement.

performance / bonheurIl s’agit déjà d’une belle avancée. Mais ce n’est pas assez ! En effet, les salariés restent dans les locaux des Groupes : tout est « sous contrôle ». Sur cette photo, à part le confort de l’assise, quelle est la différence entre le bureau et l’espace détente ?

Heureusement, les prédictions sont encourageantes :

– K. Buisson-Caillard – Global Brand Design Manager de Citroën : « Il n’existe chez nous aucune démarche globale concernant l’amélioration de l’aménagement des espaces de travail. Ce paramètre n’est pas ancré dans les mentalités en France, car beaucoup voient encore cela comme un luxe… surtout dans la période actuelle où les entreprises ont tant de soucis. Mais une évolution va très vite se produire dans notre pays. »

– A-M. Sargueil – présidente de l’Institut français du design : « Une plus grande importance est donnée au confort de vie des collaborateurs. Cette préoccupation commence à se développer. »

– M. Piot – directeur général agence W : « Les dirigeants d’entreprise cherchent de plus en plus à ce que leurs salariés se sentent bien au travail.

Voici une idée « tendance » qui apparait en France : bureau-caravane.

performance / bonheur

Il s’agit de louer une caravane et d’aller travailler dans un lieu nouveau. Souvent en pleine nature. L’idée principale est de sortir les salariés de leur espace de travail quand celui-ci devient une contrainte plutôt qu’un atout. Ce projet propose de casser la routine du trajet, s’éloigner des collègues trop bruyants, sortir de bureaux exigus, etc. Je vous rassure, l’approche n’est pas de s’isoler du monde. Les caravanes peuvent être louées pour 4 personnes, pour un (faible) total de 150€ par jour pour le groupe de travail. Vous bénéficierez aussi dans grand confort : WiFi, café, etc.

Les salariés vont ainsi passer en mode « start up », en mode « commando », en mode « liberté », etc. Ils vont bénéficier de leur propre espace de travail, à organiser comme ils le souhaitent, etc.

Changer de mode de travail sans changer d’emploi ! Si ça vous intéresse, découvrez wildesk (www.wildesk.com).

Avis tranchéL’amélioration de votre performance ne se joue pas toujours là où on le pense. L’implication des collaborateurs « siège » est l’un des meilleurs leviers. Il ne faut pas investir que dans la pub et le marketing.

Si vous êtes un distributeur, que vous vendez les bons produits, que vous pratiquez le bon prix, que vous vous appuyez sur un bon réseau de Points de vente, etc. vous devez désormais placer dans les meilleures conditions de travail vos équipes « siège » : leur laisser de la liberté, leur faire confiance, ne pas brider leur créativité, les stimuler et les responsabiliser.

En plus, ces actions sont vertueuses. L’ambiance au travail devient maintenant un critère de choix important lors des recrutements. Vous pourrez ainsi attirer de nouveaux talents sensibles aux nouvelles organisations et conserver vos meilleurs éléments.

a. casseleux – gérant de square 90 / rédacteur de projecteur retail / patron attentif au confort des collaborateurs

Leave a Comment

Your feedback is valuable for us. Your email will not be published.

votre projet est lancé.